Gravitationnelle

Vivre la vie en dent de cil, en équilibre sur la scie du rasoir
Au gré du fil à couper le beurre entre avoir peur et avoir mal

La tisane cicatrisante plutôt qu’avoir la science infuse,
Je sais pas grand chose de la grande vie, juste qu’à la fin ça use.

Je suis fraîche comme un gardon, un bout de charbon, de la craie bleue
Je sens pas encore l’eau de cologne, et pourtant je me sens vieux.

Comme un jambon séché qu’a rien demandé, un saucisson de tête de con,
La poussière en haut de l’armoire, et les angoisses de dortoirs.

Vieux comme un vieux rouble, un livre en grecque pas moderne,
Je me sens vieux comme de la soupe, les pigments noirs des cernes.

J’ai pas inventé l’eau chaude, j’aurais pu avec le temps,
Avec le froid de tes regards gris, la douleur de tes mouvements.

Ça sent le fromage de tête dans les carnets de mes brouillons,
La recette moins quelques lettres pour apprendre à être moins con.

Je ne connais
Pas beaucoup de trucs de vrais.
Et plus je vieillis
Et moins je sais
Ce que c’est que la vie.
La confiance dans le fond du pantalon
Et la confiance dans les talons
Pas compensés
Décomposé
La vérité c’est relatif
Un peu comme la gravitation
Et l’énergie que je dégage
N’est peut-être qu’une illusion
Albert est muet à mes questions
Albert est muet à mes questions
Albert ne m’a rien dit
De l’orbite que je suis.