Ville // Chantier

Dawn over densely-built residential towers in Yanjiao, China, a suburb of Beijing.

Dawn over densely-built residential towers in Yanjiao, China, a suburb of Beijing, March 23, 2015. A new megalopolis around Beijing, Jing-Jin-Ji, is to cover ground the size of Kansas and have a population about six times larger than the New York metropolitan area. (Sim Chi Yin/The New York Times) *** Local Caption *** 14698439
ASIA CHINA URBANIZATION SUPER CITY MEGALOPOLIS URBAN PLANNING POPULATION GROWTH

Un pas, deux pas… 
Tout en haut du toit
Sur la terrasse de la tour 
Etrange panorama 

Le vent sur les muscles 
Car plus de peau 
Abandonnée plus bas 
Pour monter plus haut. 

Des kilomètres de vent
Qui ne touchent plus l’horizon
Qui cherchent le sol
Mais se perdent dans le fet d’une forêt de béton

J’ai escaladé des colonnes d’hommes 
Des chaînes d’os et de chaires
On a actionné la machine à axiome, 
Lancé le chantier de la terre 
Dans cette ville
On construit des bâtiments 
Fondés sur des mensonges 
Battus de songes immenses 
Des tours
Sur des centaines d’étages 
Qui empilent des idées, 
Des codes, des messages
 
Et les hommes qui ont donnés leurs corps 
Embrassent ces immeubles mouvants 
Échafaudages macabres et branlants
De leurs membres presque déjà morts 

Des chaînes d’os retiennent des chaires tendus 
Autour de ces bâtiments qui suturent
Milles intentions en devenir
Sur ces plate-formes on construit de l’avenir 
Il n’y a pas de bruit,
Il n’y a pas de voix
Que les grincements… qui crient 
Que le vent… qui rugit. 

Ma vision se trouble 
La chaleur m’étouffe
Si peu d’ombre tant de lumière !
Braquée sur ces montagnes de poussière…
Pas de pluie
Pas de pluie depuis des mois,
Rien que du soleil
Qui coule sur tous les toits. 

Tout en haut du plus haut 
De tous les balcons
Sur la terrasse de la plus grande tour 
J’ai regardé cette ville
Et ces piles d’idées ratées 
Amassées comme des trésors
Sur les étagères d’un musée 

C’est l’histoire qui brisent les hommes ? 
Ou les hommes qui tuent le temps ? 
Est-ce que je suis une victime ?
Est-ce que je veux être une offrande ? 

Tous les visages se confondent 
Sur les façades percées de plaies 
J’essaye de voir le monde
Et les hommes en entier 

Ils ont donné leur corps
À ce qu’ils pensaient possibles 
D’un passé invisible,
Des pavés d’une cité d’or. 

Et toutes ces chaînes d’os et ces parois de chaires 
Qui rampe le long des barres
Se crispent de crampes à vouloir tuer sa misère 
Grincent et se cambrent sous le poids de la matière 

Au pied de la ville j’ai tout abandonné 
Et il n’y a dans mes mains
Qu’une poignées d’instants
Que je veux sauver 
Et je sais, je sais trop que si j’ouvre les doigts 
Ils se diffuseront dans l’air
Jusqu’à ce que je perdes… Le fil
Le fil, jusqu’à les oublier 
Et les laisser prendre place 
Parmi les piles d’idées ratées. 

Le soleil en plein visage
Les muscles battus par le vent 
Au pied de la potence
Je regarde ce moment 

Il prend la forme d’un chiffre
La racine carré du sens de la vie
Il me dit que si je veux être libre
Je dois tout abandonner

Alors j’ouvre la main 
Desserre mes doigts
Et laisse la lumière fondre 
Ce qui ne m’appartient pas 

Le soleil en plein visage…
Et sur les muscles…
La caresse de l’éventail de tous les moments possibles 
Le temps sans paresse atteint toujours sa cible 

Tous les visages se confondent 
Aux façades percées de plaies 
Maintenant je vois le monde
Et les hommes en entier 

Avec mes os avec ma peau
Je vais grossir les chaînes et monte sur l’échafaud 
D’une ville en sentence perpétuelle
Sur le plus haut du plus hauts de tous les balcons 
Sur la terrasse de la plus grande tour
Regarder une dernière fois la ville
Fondée sur des piles
D’idées ratées
Prises dans les bras d’humain en chantier