Bi-Lateral

Une quête acharnée
Une matière primitive
Une énergie éthérée
La certitude de partir

Je cherche des limites
Des champs à ouvrir
Des soleils à manger
La possibilité de souffrir 

Une garde à baisser
Des genoux pour la terre
Un esprit à laisser
Égaler l’Univers

En réalité mon corps
Est plus grand que mon corps
En réalité mon corps
Est plus grand que la terre

En réalité la frontière
Elle est entre la surface de ma peau et l’air
Elle se tapi
Dans cette zone invisible 

Une quête acharnée
Pour détruire les frontières
Pour mettre à genoux
Toute la matière

Y’a-t-il seulement
Tant de différence
Entre un acarien et moi ?
Peut-être qu’il n’y en a pas

Ce qui coule dans mes veines
C’est du verre du métal
C’est aussi ridicule
Que de la poussière d’étoile

Est-ce que tu vois la chaleur
Qui brille dans mon dos ?
Est-ce que tu vois les ailes
Qui pousse sur ma peau ?

Il faut avoir des objectifs
Je ne surf pas la mer
Je surf des éruptions solaires
Sur du courant alternatif

Ne ris pas pense à ton désir de voler
Pense au poids de ton corps
À tous ces instants 
Ou tu cherches à t’en libérer

Pense à ta quête acharnée
Pense à l’amour de ta vie
Pense à ta nature  
Pense à t’accomplir

Déchirer le temps en deux
Faire ployer la terre 
Sous la grandeur infinie
De l’univers dans tes yeux

Je ne bois pas pour oublier
Je bois pour graver
Dans chacune de mes molécules
Mon besoin de vibrer

Mon intérêt c’est de faire exister
Des choses impossibles

J’ai l’âge que je veux
J’ai le sexe que j’invente
J’ai la certitude
Que je suis vivante