RÉFLEXIONS et RESSOURCES

UPDATE – Une émission avec la professeur de philosophie Nadia Yala Kisudiki sur les mouvements anti-raciste actuellement en France, une analyse moderne et très juste !

+ Découvrir la philosophe Seloua Luste Boulbina et notamment son dernier livre Les Miroirs Vagabonds ou la Décolonisation des savoirs

+ Redécouvrir Kateb Yacine – romancier, poète, auteur de pièce de théâtre – Notamment son roman Nedjima (le plus connu) mais aussi Le Cercle des Représailles (pièces de théâtre).

+ Redécouvrir l’oeuvre d’Alain Mabanckou notamment ses romans Bleu-Blanc-Rouge et Verre Cassé

Cet article tente de rassembler des textes, des paroles, des images nécessaires à notre éducation.
Tout ce qui est réunit ici soulève des réalités de la société française et de sa culture.
Les luttes et les revendications qui se déroulent actuellement aux États-Unis, qui remettent en question et dénoncent le suprémacisme blanc trouvent leur continuité ici.
Il me semble important de démêler le contexte dans notre propre culture, pointer notre ancrage raciste dans l’histoire, pour être en mesure de le relier à l’histoire mondiale.

En premier lieu ce texte d’Aimé Césaire, à mes yeux FONDAMENTAL pour comprendre la plupart des mécanismes du racisme en France par une analyse de l’histoire coloniale française, il fait un état des lieux ultra pertinent en 1950, malheureusement toujours d’actualité. Le texte est court, il peut se lire et se relire, il est très très riche, et l’écriture est magistrale.
AIMÉ CÉSAIRE, DISCOURS SUR LE COLONIALISME

La France porte encore trop l’idée que le colonialisme était une entreprise pour le bien des peuples colonisés – en lien l’article vers le projet de loi de 2005 qui tendait à inscrire dans les manuels scolaires d’histoire que la colonisation a donc été une entreprise bénéfique pour les colonisés, porté par Jacques Chirac et Michèle Alliot-Marie. Procédé parfaitement malhonnête, l’association faite à l’article 4 était littéralement honteuse. Exemple de paternalisme et de la structure patriarcale de notre société.

Un élément d’information récent qui en dit long sur l’emprise que la France à tant de mal à lâcher notamment d’un point de vue économique sur d’anciens pays colonisés :
WIKIPÉDIA « FRANC CFA »
« Le 20 mai 2020, La fin du Franc CFA est validée par l’adoption d’un projet de loi qui sera soumis à l’Assemblée nationale et au Sénat français qui entérine cette monnaie commune par le Conseil des Ministres français, le 20 mai 2020. La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ne sera plus obligée de déposer la moitié de ses réserves de change auprès du Trésor Public français. La nouvelle monnaie unique ouest-africaine (Eco) devrait voir le jour en juillet 2020. »

À la suite du texte de Césaire, voici un lien vers la préface du livre Peau noire masques blancs de Frantz Fanon. Ce livre se trouve facilement en librairie pour moins de 9€.
Oeuvre elle aussi fondamentale pour comprendre plusieurs principes, notamment les problématiques de construction et de destruction identitaire, de déculturation – à différencier de l’acculturation (lien vers l’article Wikipédia) – et son impact psychologique notamment.

Et voici un lien vers une émission à son sujet sur France Culture – découvrir son travail et son oeuvre :
EMISSION SUR FRANTZ FANON 

Ainsi qu’un podcast du journal de la philo (très court – 6 minutes) De quoi le blanc est-il la couleur ? qui évoque Fanon et des idées encore trop peu débattues et étudiées en France, la blanchité ou blanchitude, développé dans cet article France Culture à nouveau – Blanchité et race : pourquoi ce déni tenace ?

Lien vers les deux livres de Toni Morrison cités dans l’émission précédente.
Playing in the dark et Étranger chez soi.
Mais aussi à lire L’origine des autres, qu’est-ce qui motive la tendance de l’être humain à créer les Autres ?
Pour ceux qui ne connaissent pas Toni Morrison, en plus de ces ouvrages théoriques et essais, vous pourrez trouver très facilement ses romans en librairie, ils existent en poche. Ils représentent tous de très grands enseignements. Elle est tout simplement une écrivaine incroyable et aborde les questions de racisme, de ségrégation, d’esclavage avec une intelligence incroyable. Grâce à ses écrits, elle offre à ressentir des émotions nécessaires.

Ressentir des émotions permet de dépasser la barrière de la raison, de la mauvaise foi et des réflexes protectionnistes. J’insiste sur ce mot parce que je pense que comprendre peut devenir un mécanisme de défense pour accepter une idée en surface, tout en ne la faisant pas exister, en ne la vivant pas. On peut citer par exemple les revendications féministes en France, qui existent depuis plus de 100 ans. Les changements réels dans la société sont incroyablement lents à se concrétiser, sachant qu’ils le sont le plus souvent suite à des luttes et des revendications répondant à des crises majeurs – exemple le droit de vote accordé aux femmes à la toute fin de la seconde guerre mondiale…

Ici vous trouverez un lien vers le documentaire de Raoul Peck, I’m not your negro qui suit l’écriture d’un texte de James Baldwin. Un document fondamental pour revivre et saisir les enjeux du racisme américain, de la ségrégation, les conséquences historiques et sociales d’une société fondée sur la destruction du peuple amérindien et l’esclavage d’un peuple africain.
Vous pourrez trouver aussi facilement de nombreuses interviews en extrait dans le documentaire sur YouTube, notamment le débat que Baldwin a tenu à Cambridge en 1965 contre William F Buckley – en lien ici et un entretien entre lui et Nikki Giovanni. (Le travail poétique de Nikki Giovanni aussi est à découvrir !)
Comme pour Toni Morisson, vous pourrez trouver facilement les romans de James Baldwin en librairie en format poche. Ses livres sont tout aussi beaux, importants, riches, éducatifs, profonds… Il traite aussi de sujet tel que l’homosexualité ou la bisexualité.

Sur d’autres thématiques (trauma, remise en question personnelle…), une vidéo courte et très pertinente de @sonyareneetaylor « White trauma becomes white violence. DO YOUR HEALING WORK ! ». Sonya est auteur et poète, et vous trouverez de nombreuses vidéos sur son compte. Je la rejoins tout à fait dans l’idée de trauma. Pour ma part, et sans entrer dans des détails personnels, c’est en évoquant des questions de légitimité et de déformation identitaire en thérapie psy – en l’occurence une thérapie centrée sur la résolution des traumas –  que ma vision de ma culture et de mon éducation est devenue beaucoup plus claire. J’ai pu faire face aux éléments douloureux de ma propre histoire, les accepter (oui ça fait mal !), mais finalement aussi en guérir et changer, briser le cercle. DO THE WORK 🙂
Dans cette autre vidéo de Jerry Hide, je rejoins son propos quant au fait de se questionner et d’entrer en introspection pour trouver en soi-même nos réflexes racistes. Jerry travaille davantage sur les violences domestiques et l’agressivité masculine. Vous trouverez aussi sur son compte des vidéos sur ce sujet.
Toujours sur Instagram @janayathefuture fait de nombreuses vidéos, What you must do to find your voice développe une parole extrêmement éclairée sur la douleur et la peine qui nous pousse trop souvent à l’isolement. Moses Sumney en a fait une des thématique de son dernier album, Græ, qui est en plus d’une grande intelligence, d’une grande beauté ! Pour revenir à Janaya Future, toutes les vidéos que vous trouverez sur son profil sont à voir, son exploration des identités trans est aussi hyper instructive.

Dans un tout autre registre voici un lien vers le documentaire Sauvages, au coeur des zoos humains. Pour voir ce qu’a produit notre culture, une vision de la cruauté du suprémacisme blanc et européen, très réel, dans des mises en scène macabres.
DOCUMENTAIRE : SAUVAGES, AU COEUR DES ZOOS HUMAINS

Pour ces deux dernières références j’en viens à un tout autre registre, qui tend davantage à questionner de l’intérieur la culture européenne, blanche. De l’artiste Pipilotti Rist, sa vidéo Color is dangerous accompagné d’une interview au sujet de ce travail. Elle développe une réflexion quant au rapport à la couleur dans l’art au sein de notre culture blanche.

Voici le lien vers le livre (en ligne et en anglais) dont Rist parle en interview, Chromophobia de David Batchelor. Il propose une analyse historique du rapport à la couleur dans l’art et la culture européenne.

En tant que blanc, nous devons lutter contre notre réticence à nous remettre profondément en question. Nous devons ressentir, en acceptant les paroles, les questions, les réalités et surtout en acceptant de perdre.
Nous devons apprendre à perdre pour abandonner notre culture du privilège, notre culture de la hiérarchie sociale et raciale qui domine et asservie arbitrairement et d’après des principes antiques. Nous devons remettre en question notre culture et comprendre que le problème même s’il est très ancien, reste le même aujourd’hui. Créer une rupture doit nous permettre la perte et la destruction saine et nécessaire de privilèges racistes. Pour ma part savoir d’où je viens (de familles européennes blanches) c’est pouvoir dire « Oui. Oui je descends d’individus qui ont participé à la construction de cette culture, et oui je suis prêt à sacrifier ses privilèges pour le bien de tous. »
Il faut réfléchir au sentiment de légitimité et d’illégitimité. À notre culture judéo-chrétienne qui nous enseigne des réflexes de honte et de flagellation qui sont parfaitement inutiles. Trouver là où sont encore cachés les réflexes et les constructions mentales lié à cette culture du péché, de l’impureté, du rachat des fautes par la souffrance extrême et la victimisation, la compulsion à accumuler des richesses supposer nous assurer et nous suivre dans un éventuel paradis, toutes ces constructions sont à remettre en question.

HAIR STYLE STORY

 Pourquoi on fait, et pourquoi on partage ce genre de photos ? Je sais pas.
On les a faites comme on plante un drapeau dans son propre corps. Ça fait pas mal ça fait de la joie.
J’imagine juste que c’est important, de temps en temps, de faire savoir au monde
que je me sens incroyablement bien avec tous ces trucs sur mon corps.
Car sans, je me sentirais plus moche encore.
Merci 1000 x @diane_barbier pour ces photos 😉
#photo #naturelle #hair #art #januhairy #maipoils

 

 

GOOGLE SHITS

IL Y AVAIT BIEN LONGTEMPS QUE NOUS N’ÉTIONS PAS ALLÉS CONSULTER L’ÉTAT DE NOTRE GRAND INCONSCIENT COLLECTIF DANS LES MÉANDRES DES INTERNETS.

NOUS VOILÀ BIEN RASSURÉS, NOUS SOMMES TOUJOURS AUSSI STUPIDES/NAÏFS/ANGOISSÉS/TORDUS.

FLORILÈGE DES QUESTIONS QUE SE POSE LA FRANCE AUJOURD’HUI, FIN DE L’AN 2016.

TOUT VA BIEN. TOUT-VA-BIEN. TOUT VA BIEN ON VOUS A DIT. TOUT VA TRÈS BIEN. JE LE RÉPÈTE UNE DERNIÈRE FOIS, TOUT VA BIEN !

moules

LES GRANDES QUESTIONS EXISTENTIELLES I –
COMBIEN SERVIR DE MOULES PAR PERSONNES POUR LE DINÉ DE NOËL ? EST-CE QUE CE MONDE EST SÉRIEUX ? DOIS-JE RIRE ? OU M’ÉVISCÉRER ? DOIS-JE PRENDRE DU RECUL ? OU PLEURER DES LARMES DE SANG ?

titine

LES GRANDES QUESTIONS EXISTENTIELLES II –
QUI EST TITINE ? UN ÊTRE UNIVERSEL ? UN ESPRIT SUPÉRIEUR ? L’ESSENCE DE NOS ÂMES ? NOTRE MÈRE À TOUS ? DIEU ?
MENTION SPÉCIALE POUR « UNE FEMME ».

hommes-les-grandes-questions-naives

LES GRANDES QUESTIONS EXISTENTIELLES III –
LES QUESTIONS FONDAMENTALES SONT LES PLUS SIMPLES ET LES PLUS PROFONDES. MAIS INTERNET ET SURTOUT GOOGLE NE SERONT MALHEUREUSEMENT JAMAIS EN MESURE DE RÉPONDRE À UN TEL QUESTIONNEMENT. CF CI-DESSOUS.

poissons-les-grandes-questions-existentielles

LES GRANDES QUESTIONS EXISTENTIELLES IV –
GOOGLE, MOTEUR DE RECHERCHE RAPIDE ET FONCTIONNEL, VIENDRA AU SECOURS DES PARENTS DÉMUNIS FACE À UN ENFANT D’ENVIRON 5/6 ANS . POUR LA SUITE…

caca-les-grandes-questions-existentielles-1

LES GRANDES QUESTIONS PRATIQUES I –
SI CETTE QUESTION EST DRÔLE, ELLE SURTOUT INQUIÉTANTE POUR CELUI QUI SE LA POSE. CELA SOUS-ENTEND QU’UN JOUR, CETTE PERSONNE S’EST TROUVÉE DANS UNE SITUATION SUFFISAMMENT EMBRASSANTE POUR REMETTRE EN CAUSE SA FAÇON DE FAIRE CACA. DÉBROUILLEZ-VOUS AVEC ÇA.

noisette-les-injustices-2

LES GRANDES QUESTIONS PRATIQUES II –
L’ÉLÉMENT LE PLUS INQUIÉTANT DE CETTE QUESTION EST SANS CONTESTE LE « MES » DE « MES NOISETTES ». AINSI DE QUELLES NOISETTES PARLE CETTE PERSONNE ?
MENTION SPÉCIALE POUR LES GAUFRES MOLLES.

wtf

LES GRANDES QUESTIONS PRATIQUES III –
NOUS POUVONS TROUVER LÀ, JE PENSE, LA RÉPONSE À LA CONSTRUCTION DES PYRAMIDES EGYPTIENNES. CE N’ÉTAIT DONC QUE ÇA.

si-je-change

LES GRANDES SENTENCES MORALISATRICES I –
MERCI.

LEARN TO SAY ‘FUCK YOU’ TO THE WORLD ONCE IN A WHILE

« Learn to say ‘Fuck You’ to the world once in a while »

Sol LeWitt

soinsintimes
Les soins intimes, ce que cela signifie, ce que l’on vend sous ce nom.
La peur, le dégoût, la question : comment est-on une femme aujourd’hui ?
Je ne sais pas, mais avec tous les paradoxes que je contiens en tant qu’être humain,
il m’arrive de ressentir le besoin urgent d’envoyer péter ce genre de symbole pesant.
Parce que je ne suis pas heureuse que des centaines de milliers de femmes portent des tampons toxiques en se disant qu’elle sont hyper libres.
JOKE.

JOKE.

I’m a slave 4 U //  HIT ME BABY .. WORK BITCH .. = FAUX ;
Pose ton tampax sur la table comme d’autres posent leurs couilles.
Abandonne-le. Tu n’en plus besoin.

L’ÉGALITÉ DU SEXE C’EST CONNAÎTRE CELUI DE L’AUTRE

 

J’irais vous montrer mes seins – Odyssée du naked selfie

Capture d’écran 2016-03-31 à 18.13.38
Je suis absolument incapable de savoir si montrer un petit bout de ses seins sur Twitter en faisant des fuck peut, d’une manière ou d’une autre, libérer la femme du joug ancestral et stupide inhérent à la culture « patriarcale » dans laquelle on vit.
J’en sais tellement rien que lorsque je regarde cette photo je crois que je ne sais pas ce que je vois.
Deux bimbos ? Deux rebelles ? La figure féministe libératrice qui manquait à mon existence ? Deux individus de sexe féminin montrant leur doigts ? Rien ? Tout ?
Pourquoi la barre noire ? Pourquoi la censure ? Pourquoi l’auto-censure ? Pourquoi être nue c’est être libérée ?
Pourquoi se plaint-on de ne pas pouvoir montrer nos tétons ? Pourquoi se plaint-on en même temps d’être dégradée dans des pubs qui font des femmes des objets (sexuels) ?
Pourquoi tellement de paradoxes ?
Pourquoi pas autre chose ? Pourquoi rester dans cette logique stérile ? Pourquoi un acte réalisé à moitié ? Pourquoi une telle soumission à l’argent ? Au pouvoir ? Au désir de pouvoir ? Au besoin de faire influence ? Pourquoi rester dans les limites que les autres imposent ? Pourquoi ne pas défoncer ces limites ?
Pourquoi être aussi frileuse ? Pourquoi être aussi tiède ? Pourquoi être aussi servile face à sa propre rébellion ? Pourquoi ne pas faire tomber cette barre ? Pourquoi ne pas assumer d’aller jusqu’au bout ?
Qu’est-ce que ça bouleverse de se mettre torse nu et si c’est pour se mettre une auto-censure dessus ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
J’aimerais que les gens aillent au bout de leurs actes, plutôt que d’afficher mollement leur capacité à faire des (faux) débats juste parce qu’ils savent faire du marketing.
C’est le trader qui parle de communisme, c’est plus mou que la bite que je n’ai pas.
« Je suis libérée mais pas assez folle pour laisser fermer mon compte Twitter. »
Culotte froide, un milliardaire qui lâche 10.000 euros. Que dalle. Le prix de la culotte en question. Une promesse contractualisée, risque niveau 0.
En fait je ne vois rien.

Tout le monde veut devenir #Jésus

michelangelo-christ-on-the-cross-c-1541-black-and-white-chalk-368-x-268-mm-british-museum-london-1362372070_org

La magie de l’internet mondial, c’est la connaissance, la science, l’art, la création, l’échange, le partage, ta bite en photo, des « autoportraits« , Twitter, Nyan, The Useless Web… etc… Et des milliers de raisons de se prendre pour ce que l’on est pas.  Et d’y croire avec cette ferveur adolescente qui ne nous quitte plus.

  • A la décharge de tous les gens qui pourraient se sentir visés de près ou de loin par cette liste interminable de clichés, tout n’est pas de vot’ faute les gars, le monde c’est vraiment d’la merde.

Alors y’a ceux qui se prennent pour #Jésus (Syndrome 1). Très actifs ils n’ont aucune peur d’aller au devant du mur de béton armé sur lequel ils vont à 99,9% du temps se briser la tête. Muni d’outils internet communs ils espèrent dans le fond de leur coeur battant que des millions de gens se décident à les suivre subitement, et accueillent leurs paroles comme la source même de la vie. Un peu comme les journalistes de Vice, mais qui eux se persuadent d’être tous des ∴Messies Maudits∴ genre Satan Destructeur d’Hipsters.
Tous ceux qui ne bossent pas chez Vice sont intimement persuadé d’être soit totalement incompris vu qu’ils n’accèdent jamais au millions de followers, soit de ne pas avoir trouvé le bon média.
Ils inondent Twitter d’abord, puis des blogs collaboratifs et autres plateformes culturelles, de sentences, de blagues ironico-cassantes, de grandes vérités générales modernes et attendent le million de retweets. Ils pensent en édictant leurs dogmes, éclairer nos existences de la lumière crue de la Vérité. Et ainsi se rendre indispensable à notre compréhension du flux continu de la vie. Sauf que la vie n’est pas une TimeLine, c’est disons un peu plus « compliqué ».
Ils ont toujours tout compris à tout et connaissent tout avec toujours 5 ans d’avance. Ils taggent des #old à longueur de journée pour mieux revendiquer leur connaissances prophétiques du what’s next ?
En bon Messie, leur jouissance la plus coupable est d’atteindre le TT (Trending Topics), dirigeant de derrière leur écran la parole mondiale. Ce qu’ils ne comprennent pas c’est que le principe même de la mode étant d’être passagère, ils se trompent fondamentalement de buts. Ils sont donc dans une grande confusion, aussi du à notre époque qui fait que les tops-models sont parmi les personnes les mieux payés de la galaxie.
Quand ils ne veulent pas être DA (autrement dit chier des idées sur la gueule des autres en leur faisant croire que c’est du pain béni), ils sont « chroniqueurs » et « journaliste », pour épancher leur immense sensibilité et leur amour infini pour l’humanité (à condition d’être celui qui dit si oui ou non on a le droit de porter des mules ou des ras-du-cou).
Souvent ils meurent dans les regrets brûlants de n’avoir pas pu illuminer le monde de leur incroyable talent et de leur gigantesque savoir. Paix à leurs âmes. Les graphistes aussi vont au Paradis.

Et puis il y a ceux qui se prennent pour #SuperMan (Syndrome 2). Muni d’une vie banale et peu attrayante, on croirait qu’ils vivent dans un film américain un peu indé, un peu sombre, un peu intéressant. Genre je cache quelque chose.
Et oui ces gens à l’allure si terriblement banale sont en fait dans le fond des êtres exceptionnels, muni de pouvoir exceptionnels, et se révèle être secrètement au coeur de l’internet mondial des individus hors du commun. Derrière ces lunettes de soleil très chères mais genre destroy, se cache Cyclope. OMG. On ne sait pas exactement d’où viennent leur super-pouvoir/super-talent (leur imagination) et restent profondément évasif à ce sujet. Car tout ceci est secret. Pourquoi ? Aucune idée.
On les croise dans des accoutrements soit excessivement normaux, soit excessivement déglingues. Ils vivent dans des attitudes éternellement très détaché, regards tournés vers l’infini de l’horizon dans cette posture volontairement démonstratrice du poids incroyable du secret qui pèse sur leurs épaules. Internet leur offre le moyen très peu subtil de mener cette double vie, et soudain, ils ont 5000 followers. Pourquoi ? Aucune idée.
Mais ils cultivent avec un plaisir presque malsain leur double identité, narguant d’un oeil moqueur la pauvre plèbe sans pour autant se dévoiler. Car ils aiment se sentir entourés et menacés par la médiocrité ambiante afin de consolider leur giga-ego de SM.
Qu’y’a-t-il de plus jouissif que de regarder une horde de jeunes puceaux sauvages s’arracher les lambeaux de ses créations internets/virtuelles/visuelles(/poubelles/chamelles/bordel) ? Une horde encore plus grande de puceaux sauvages en train de s’arracher les restes iconique de son propre ego. Thanks God, ils prennent leur rôle très à coeur et sacrifie de bonne grâce leur double identitaire aux puceaux/pucelles affamées d’idoles ombrageuses.
Les plus stupides vont vivre leur fantasme à la télévision (Secret Story) et en faisant tomber leur masque nous ouvre la porte sur leur monstrueuse vacuité. Mais ne soyons pas inquiets ils ne flancheront jamais, ils finiront peut-être par sauver le monde. Ou à mourir avec leur secret. Paix à leurs âmes. Les business man vont peut-être au Paradis.

Et enfin, il y a ceux, les plus beaux, qui se prennent pour #Néo (Syndrome3). Muni d’une vie encore plus banale, voir même chiante (genre film américain très indé, très sombre, très peu intéressant), ils ont l’intime conviction que quelque chose ne va pas. A la fois frileux, mou-du-gland, idiots et butés, ils s’imaginent que le monde n’a pas encore pris conscience de leur véritable nature.
Oui parce que c’est vraiment très fatiguant de devenir quelqu’un d’exceptionnel, ils attendent que la Terre entière viennent les soulevé au-dessus de la masse et LES RÉVÈLENT À EUX-MÊMES. Souvent au cours d’une émission télé-crochet débilisante. Genre : Mais tu es Néo !!!!!!?! La super-star du futur ??!!!! Sauve-nous grâce à ton incroyable talent !! Tu es le seul à le pouvoir !!! Et ainsi la main de Morpheus le Grand Révélateur (incarnée généralement par celle d’un mauvais producteur) s’abat sur eux comme les foudres du destin pour les sortir de leur marasme dépressif qui les rend si cools et dépraves.
Ils usent de l’internet comme d’un « Miroir mon beau miroir dis-moi qui est la plus belle du Royaume ? » que le monde viendrait mettre sous leurs yeux et répondrait à plein poumons : MAIS TOI !!!!!!!
On les rencontre souvent agités par l’angoisse que la société ne les reconnaisse pas à temps, généralement très peu conscient des attentes monstrueuses qu’ils ont à l’égard du monde, et des si petites qu’ils ont à leur propre égard. C’est pour cela que dès leur plus jeune âge ils inondent la toile de leurs… choses psychotiques qu’ils qualifient d’Art en attendant le re-post viral qui tendra leur slip.
On les retrouve sur Vine, TumblR surtout, et dans toutes les formes de blogs minimalistes-rétro-futuriste. Ils y collectionnent des centaines d’images qui n’ont aucun sens mais sont des sortes de mood-boards géant qu’ils croient réaliser grâce à leur intuition artistique foudroyante.  Ils pensent pouvoir percer avec presque RIEN, vu la tournure que prend la culture actuelle (à leur décharge), et sont donc obsédés par le besoin viscéral d’avoir eu la bonne idée qui, un jour forcément, fera d’eux le Mozart-RockStar-(Nanard-Boulard) du futur du 21ème siècle et gravera les Internets de cette marque indélébile.
On trouve de nombreux artistes-adolescents-pré-pubères-erotomane atteint par ce dernier syndrome. Paix à leurs âmes. Les grosses connasses et les gros connards n’ont aucune envie d’aller au Paradis.

Hallelujah !

 

Capture d’écran 2014-12-03 à 01.49.46Cette femme est pleine d’humour

 

SILENCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me demandais si le meilleur moyen d’exprimer la colère, la haine, la rage,
l’incompréhension gigantesque du monde, et la moiteur de cet été,
les déceptions constantes et les espoirs éternels,
n’était pas simplement un grand silence. Une page vide.
Et c’est devenue une pure évidence.
Une page BLEUE.