Sur Facebook ça tourne en rond

Sur Facebook ça tourne en rond,
Les mêmes infos à l’infini,
« J’ai une nouvelle relation » ——-> « Je vais au concert mercredi »
Le mur qui se déroule, ======== Etale sa mécanique \
————————————————————————\
————————————————————————-\
—————————————————————————\
—————————————————————————-\ Du temps qui coule
Sur informatique
< Dans mon ordinateur >
C’est bizarre,
Et aujourd’hui,
Ca me fait un peu peur.
Les gens d’internet
Ils mangent pas de cacahuètes,
Ils sont beaux avec leurs seins,
Leurs petites fesses (  )*(  ) et leurs belles dents 😀
Ils grossissent juste pas,
Se droguent dans la joie,
Et baisent très très gracieusement     →    ω
*Une fille a retiré sa date de naissance*    
Et aujourd’hui on fête ses #22ans,
#22ans, pour toute la vie,
= 22 ans tous les ans.
« Je n’accumule rien que des sorties,
Des photos et des images,
Et comme je n’ai pas de rides,
Je mens encore sur mon âge.
J’ai #22ans, des tonnes de dents,
Et de l’énergie à revendre, =________________________
La voix forte et du coffre,
Et des tas de trésors cachés dedans… »

Pendant ce temps, j’ai annulé la photo,
Et j’ai finis mon livre,
Ca ne m’a rien donné que des tourments
Et rien de beau à offrir
Ni au monde, ni à moi-même,
Même pas à mon amour <3,
Ca ne me fait écrire que des poèmes,
Qui finissent ici un jour.
/Autant dire perdu\
Avec les choses qui ne séduisent pas.
Les armes et les douleurs
Les tranchées et les combats >>>>>>°-°<<<<<<
Je combat ce que je comprends pas,
Et je vis l’homme et la peur.
Les batailles fratricides,
Les très grands UP,
Et les longs doooooowwwwwnnnn……………………………..
On invente des mots-cibles, on les bannie,
Faut plus les dire, faut les cacher,
Moi je les combats,
Alors j’les fait ressusciter.
Fils de pute, nique ta mère,
Enculé, tu vas prendre cher,
J’vais te taper pauv’ bâtard,
Gros merdeux grand connard,
Mange ta merde, j’te pisse à la gueule,
Casse-toi bouffon, ou j’te défonce.

Sur Facebook, ça tourne en rond,
Il ne faut pas parler trop fort,
Il risquerait bien de revendre
Ce que je cache dans mon coffre,
Ma voix forte et mes trésors,
Tous les instants que je fabrique
Avec de la terre et de l’eau,
Pour que mes instants grandissent
Et deviennent des mots.
%Je partage des histoires$,
Mais je n’oblige personne.
Je vomis tous les égoïsmes, –>*<–
Et les théories sans forme.
J’ai pas besoin d’apprendre pour croire en Dieu,
J’ai juste besoin de sentir,
C’est pour ça que j’ai arrêté l’école en CM2,
Quand j’ai arrêté de mourir.

Poème Facebook

Hier alors que je m’ennuyais sur Facebook,
Comme tout le monde vient s’ennuyer sur Facebook,
Un phénomène sans précédent s’est soudainement déclenché
Quand je me suis dis que Facebook c’était quand même bien fait.
Mon cerveau s’est dit : pourquoi pas importer le système et l’installer dans le cortex
Lui qui s’ennuie tant depuis que j’ai réglé tous mes soucis avec mes Ex’s ?
Ni une ni deux, voilà le système intégré.
Depuis, je créer des réseaux sociaux entre mes membres
Et mon cerveau entretien le profil de mes organes
Hier mon alcoolisme a envoyé une demande d’amitié
À mon foi sur notre internet
Problème…
C’est que mon foi accepte.
Ma bouche s’est fait poker par mon paquet de cigarette
Mes mains annoncent un nouvel événement : Ce soir c’est soirée branlette !!!!
Le problème avec tout ça
C’est que j’ai bien l’impression
D’être toujours la dernière au courant
De ce que mes organes font.
Aujourd’hui c’est mon inconscient qui écrit sur son mur
Qu’il n’en peut plus d’être traité comme un vide-ordure,
Ma dépression se demande si elle devrait pas changer de vie
A moins que ce ne soit mon orgueil qui l’y insite.
Alors tout les deux ils ont créé un groupe secret,
Dont je n’ai moi-même pas l’accès,
Où ils ont invité toutes mes névroses
À venir à cracher leurs doses
De mauvais sucre brun
À casser sur mon dos,
Qui d’ailleurs en a lui-même assez
De se faire martyriser.
Il a créé une appli,
Ça s’appelle «PloufPony»
Le but c’est de jeter des poneys lestés
Dans une mer sans fond,
Pour voir c’est lequel qui va le plus couler.
Bon…
Je créer des réseaux sociaux entre mes membres,
Qui s’accordent à dire que c’est pas évident de vivre ensemble.
Quand mes yeux voient ce garçon que j’aime tant
Ils disent à ma tête de dire à ma jambe de dire à mon pied
de reculer,
Parce mes pieds ne reçoivent aucun ordre de ma tête.
Problème… C’est que ma jambe accepte.
Et je regarde mes pieds se mettre à reculer…
Alors maintenant je passe mon temps
À observer ce qui s’envoie comme message
Entre mes synapses
Ce qui se passe dans la vie et sur les walls
Du reste de mon corps.
Mais le problème dans tout ça
C’est que j’ai bien l’impression
D’être toujours la dernière au courant
De ce que mes organes font.