Ep.1

Hier je suis allé
Au supermarché
En trottinette
Parce que j’adore la trottinette.
Chemin faisant, j’aperçois au loin une silhouette
Juchée sur une sublime trottinette
Qui tanguait avec grâce.
Je me suis caché
Dans les fourrés
Pour la voir passer.
Sur la trottinette,
Ô miracle,
C’était ta mémé Josette.
Depuis j’aime ta Grand-Mère.

Turgescence lyrique


En partant m’égarer sur les bords du monde
J’ai découvert une toison d’or plus blonde que blonde
A sa vue doucement j’y ais blottis mon nez et ma bouche
Puis je l’ai étendue au sol pour en faire ma couche

Enlacé lascivement dans ces fils emmêlés
Ils me firent voir l’orient, les nuits tièdes d’humidité
Ils m’emplirent dans la nuit de l’Asie mineure
Des premiers sons suaves d’une étrange clameur

Parcourant la terre ronde nous en fîmes le tour
D’hémisphère en tropique toutes les rondeurs de son pourtour
Et à chaque fenêtre sombre nous entendions des soupirs
Et les cœurs qui grondent des douceurs du désir

Sous les plaisirs qui coulent comme l’huile sur la peau
Je voyais les flots d’ardeurs et l’écume de ces peaux
Orchestre vivant tambour battant des corps
Qui si ardemment s’affronte en duel, d’Amor

Le cœur battant à tout rompre caché parmi les fils
J’observais ce monde bouger au rythme gracile
Des ondes de ce chant qui font vibrer l’air d’indécentes cambrures
Et secoue l’espace de gémissements et de murmures

Tout le vivant réjouie de voir ses créatures laides ou belles
Chantant à l’unisson la sonate universelle
Et moi muette mal aimée emmitouflée dans mon linge
Bêtement je sentis monter dans ma gorge mon instinct de singe

Mais de ce beau chant ignorante de ces croches et de ces notes
Il ne sortit qu’un crie de jalousie du fin fond de ma glotte
Mon rêve prit fin dans ce hurlement déchirant
M’arrachant aux fils, aux soupirs et aux tambours battant

Ainsi ce ne fut que tes bras que je découvris ce matin
Tes bras trop grand trop lourd pesant sur mes seins
Mon front encore moite, je me tournais vers toi transpirante de désir
Mais tu me repoussa intrigué et tu fis encore bien pire

Quand en quelques mots tu m’infligea l’affront
En me disant pas ce matin chéri, popole a dit non
Je regarda popole les yeux baignés de mépris
Et posa sur la chose molle un baiser de dépit

Je quitta nos beaux draps aux roses de Damas
Dans l’espoir d’effeuiller les fleurs dans d’autres palaces
Jouer de la flûte, faire chavirer les archets
De violons plus vaillants à mes cordes veloutées

Et ce fut par une nuit clair, dormant à la chaleur des étoiles
Une de ces nuits ou l’air mêlé de lumière astrale
Fait du toit la chambre et envole tous vêtements
Et vous allonge impudique à la vue des quatre vents

Ce fut par cette nuit que me revint l’incroyable vision
Cependant au sommet du pic ou je découvris la toison
M’apparut cette fois un ange à la beauté fascinante
Aux ailes déployées et à l’allure parfaitement élégante

Son regard de braise paradoxe à la pureté de ses ailes
Le poids de sa puissance viril écrasa la chasteté charnelle
Alors l’ange merveilleux riant, jeta ses ailes blanches
Vînt se blottir contre ma bouche, balancer mes hanches

Riant à mon oreille jusqu’à ce que je ris moi-même
D’un rire rauque et grave, profond à aucun autre pareil
Et ce fut dans un même souffle rauque, chargé de vibrations
Que sans dire un mot, il ouvrit grand la porte de cette vision

Il planta dans mes yeux le pieu de son regard pénétrant
Tandis que se projetai dans ma pensée les images de l’autre continent
Je voyais surgir de tous bords des anges tel que lui dirigeant le monde
Tous enlacés dans les fils d’une toison d’or, plus blonde que blonde

Etendu sur le sol, mes jambes serrées autour de son bassin
Il m’embrassait si fort, sa poitrine écrasant mes seins
Je n’en sentais plus le poids, alors que son étreinte éclatante
Faisait vibrer mon corps d’émoi et mes lèvres suppliantes

Ainsi je m’endormais étendue sur le sol ma chevelure emmêlée
L’ange allongé sur moi comme retenu, à ma chaire enlacée.
Dans un demi sommeil je l’entendis murmurer au creux de mon oreille
De sa voix de basse les notes souples et langoureuses de la clameur universelle

Morphinea Voyageum


Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre        
Des souvenirs comme tout le monde                              
Des couleurs qui sonnent cartable                                    

Le rythme de plein de pas,    
De tous ceux auxquels        
J’ai pris le temps de m’accorder                        
Des textures de cheveux,        
Tous ceux que j’ai touché    
Pour toutes les raisons          
Qui m’y ont amené.              

Y’a des raisons sexuelles      
Qui font saturé le cerveau  
Et des raisons rationnelles  
Qui m’ennuie les hormones  

Des paysages imaginaires  
Des rêves qui sont devenus des vrais souvenirs              
Et des vrais souvenirs que j’ai oublié…                              

Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre    
Des ponts entre des rives,    
Des rivières pas baignables                                                                                                            
Des choix qui gravitent autour des satellites                                                             Qui grave le monde sur des disques blancs                                                                

Y’a tout le temps la rencontre                                                                             Du métal et de la chaire                                                                                
En dehors et à l’intérieur des corps                                                                                                
Y’a des machines à tout faire,                                                                             A me faire inventer des poèmes                                                                           Me donner l’envie de fumer                                                                                                          
Y’a l’ennui du dimanche                                                                                 Qui sent la pluie et Beethoven                                                                           Tombé comme un couperet                                                                                
Au milieu de mon enfance.                                                                                

Y’a un Planet Hollywood                                                                                
Au milieu de rien et qui va nul part                                                                    
Le désert américain ou je suis jamais allé                                                            
Mais qu’on connaît tous.                                                                                  

Il y a en moi des scènes rouges et noirs                                                              
Qui bougent… en suivant le coeur                                                                    
Des écarts de temps                                                                                  
Qu’on compte à la seconde                                                                                                            
Au goutte à goutte                                                                                  
Comme le mouvement du sang                                                                               Qui fait toujours des rondes                                                                                                          
Y’a des cycles et des refrains                                                                        
Des grosses baleines et des petits nains                                                              
Des gens qui dansent                                                                                
Sans que je leur ai rien demandé                                                                    
Et qui s’agitent                                                                              
Alors que moi je peux pas bouger                                                                          

C’est le manège de la morphine                                                                    
Qui me ramène sans fin                                                                          
Toutes ces visions morbides                                                                        
Et m’éloigne de Morphée                                                                                                          
C’est une absence de sommeil                                                                      
Mais des milliers de visages                                                                          
Qui se déforme sans raison                                                                          
J’dors le jour la nuit je veille                                                                
Sur des horloges sans réglages                                                                    
Qui décale les saisons                                                                                                                          
Il paraît que ce jour là                                                                      
C’était le jour le plus long

Le Soleil


Un jours le soleil s’est levé
Du mauvais pied
Il a alors sur son passage
Fait pleurer les nuages

Il a bollosse un cumulus
Lui a pris son fric sous l’abris-bus
Puis est repartit tout bougon
Taxer du shite à Gédéon

Rue de la Petite Ours
Arrivant à pas de course
Il croise m’selle la Lune
Qui éclaire le bitume

Il lui demande combien
Pour voir ses croissants
Elle lui dira 500
800 avec les mains

Il lui répond même pas en rêve
T’as vue l’état d’ta peau
Elle est pleine de cratères
T’es moins sexy qu’un verre d’eau

Sur ce, il trace sa route
Débarque chez son faux frère
Un bourgeois de mes croutes
Sortit d’la cuisse de Jupiter

Lui taxe quelques comètes
Un allé simple sur Mars
Dans une furieuse navette
Il quitte stone le palace

Et va se prélasser
En écoutant radio Nova
Sous un beau ciel d’été
Le banc d’un parc et du fanta

Un groupe d’astéroïdes
Font les gros bras musclés
Mettent une ambiance torride
Posé sur l’tourniquet

L’soleil a un peu chaud
Fâché sous sa casquette
Surtout quand le p’tit gros
Veut taxer ces baskets

D’un coup tout énervé
Il entre en éruption
Et dégonfle l’autre teubé
À grands coups de rayons

« Espèce de gros beta
T’as crue qu’t’allais m’carotte ?
Tu vas comprendre recta
Quand j’vais gifler tes potes

Mon blase c’est le Soleil
J’viens d’l’a cité Vénus
J’suis l’bosse de mon cartel
D’puis qu’j’ai fumé Actarus »

Le temps s’est arrêté
Les astéroïdes ont le trac
C’mec doit être fêlé
D’s’être frotté a Goldorac

L’soleil fier comme un fou
Part à l’éclipse du cochon
Il a un rendez vous
Avec son pote Orion

Ils bougent à l’Opéra
des Parallélépipèdes
Voir une cosa nostra
Entre Céphée et Andromède

Puis vont croquer un grec
Avec une viande cosmique
Que personne ne mastique
Depuis 87

Soleil est bien vénère
Son repas tombe en miette
Il jette a la tête du cuisto son complet mayonnaise
Puis « dis allons nous faire une crêpe »

Il commande une couronne boréale
Supplément bolognaise
Il faut ça pour sa dalle
Même si ça coute plus de pèze
 
Une canette de coca
Pour rafraichir tout ça
Il traine sous la halle
Pour draguer les étoiles

Il siffle d’un souffle solaire
Une petite très sympa
Elle a deux très belles paires
Et elle s’appelle Stella

Il lui promet la lune
Et tout l’système solaire
Qu’il y laisserai des plumes
Si ça devait se faire

Elle d’une beauté insolente
Veux bien le suivre chez lui
Et les étoiles filante
Vont commencer leur nuit